REOUVERTURE LE VENDREDI 20 MARS 2015
Notre voyage jusqu’au Moulin

Au début il y a un jeune garçon debout derrière un comptoir de taverne, qui regarde droit dans l’objectif.
Il fait cela très naturellement, avec grâce. Il en a l’habitude. Sa vie s’est construite autour de cette manière très personnelle de poser ses yeux sur le monde et d’exiger le meilleur de lui et autour de lui.

Il travaille Et puis quelque chose se passe. Il rêve et construit sa route, avec passion, trouve beau l’itinéraire jusqu’au moulin. Le soleil et la pluie écrasent les chemins de ce pays, Ce lieu s’appelle le moulin d’Alotz. Et, bien sûr, il y a de l’eau, un jardin d’ici, mais aussi d’ailleurs. Ce moulin devient une association d’artisans de nos plaisirs , de nos cœurs , d’une humanité singulière et complexe. Ils assemblent les choses qu’ils aiment. Terrasse, saules, érable, hortensias, hémérocalles, chèvrefeuille, fougères, millepertuis, glycine au printemps et en été Cheminée, feu, eau, pierres, bois, châles en automne et en hiver. Poules et poires, moutons et taureaux, tableaux du pays vasco habitent les tables et les murs.

Le confort se trouve dans le goût, le style, les produits, le matériel, perpétuelle recherche de la justesse, du détail, de l’élégance, de la tendresse. On franchit le petit pont de pierre, l’accueil de Peio nous place au centre de cet univers, fait en sorte que nous puissions nous réjouir de l’avoir pour conquérant, enfin brûler le désir amassé depuis longtemps. Quand on descend au moulin, on s’immerge, on s’abandonne au plaisir de la cuisine de Benoît, cuisine d’amoureux, simplicité, détermination discrète de donner le meilleur, justement.

Délice de la cuisine originelle, incontestablement vivante et délicate, qui trempe sa sincérité dans du miel pour nous soumettre à sa délectation. A la fin, c’est cela qui reste, la plénitude d’un moment rêvé , la certitude de pouvoir rejoindre cet instant suspendu, espéré, le nageur que l’on n’attend plus, une ivresse dans la sobriété, et un parfum d’amour dans l’ivresse de ce lieu. Nous sommes tous amoureux du pays basque, mais je suis à jamais l’amoureuse de ce parfum là.

C.E.

Amoureuses du moulin,
à l’ombre du saule.

 

Quote

retrouvez nous en Facebok